De la créativité à la réalisation

Les Facilitateurs d'Alsace (mars 2017)

Le 5 décembre, la communauté d’intérêt Les Facilitateurs d’Alsace organisait une nouvelle rencontre publique sur le thème « De la créativité à la réalisation ». Cette rencontre constituait la première des deux rencontres préparatoires à un événement public de juin prochain sur la thématique du bonheur. Cette soirée de décembre était facilitée par Cécile Ebstein et Donya Feki, qui nous livrent ici leur chronique écrite à quatre mains.

Le club de football de l’AS Électricité nous a accueillis une fois encore dans son très sympathique local de la Canardière pour une soirée animée. Une panne de chauffage malencontreuse a bien essayé de nous mettre en mode « gel », mais, non, cela n’a pas suffi à refroidir les enthousiasmes.

Les Facilitateurs d'Alsace (mars 2017)

Une vingtaine de participants sont venus vivre une expérience créative et efficace − puisque c’était le thème de la soirée. La plupart sont restés pour le dîner et ont pu prolonger les discussions. Un mois après l’événement, petit retour sur cette rencontre.

C’était notre première expérience de facilitation et nous avions bûché en amont : créativité et efficacité, c’est pas paradoxal ? On peut faire les deux en même temps ? Grâce à quels outils de facilitation ? Dans quel ordre ? Pour aboutir à quoi ? La discussion préparatoire avec Bernard Bloch (ÉS) et Valérie Kaufenstein (Hager)  au Restaurant Villa Bianca, avant le Jour J, a permis de faire vraiment aboutir le design de la soirée.

La soirée démarre par un mot d’accueil de Valérie et Bernard qui présentent l’origine et les valeurs du groupe Les Facilitateurs d’Alsace : créé pour promouvoir l’intelligence collective, cet espace de rencontres est ouvert à tous ceux et celles qui souhaitent expérimenter les techniques de facilitation en toute bienveillance ! Puis ils  reviennent sur la particularité du programme de l’année, construit pour aboutir à un événement public en juin sur la question : « C’est quoi le bonheur ? »

Nous nous lançons et présentons l’objectif du soir : faire émerger les objectifs de l’événement public « C’est quoi le bonheur » », avec la contrainte « A partir de la créativité, comment amener de l’efficacité dans un processus de réalisation ? »

Premier atelier : faire émerger 4 objectifs pour l’événement de juin : qu’est-ce que j’attends de la rencontre publique « C’est quoi le bonheur ? »

Les Facilitateurs d'Alsace (mars 2017)

Donya présente l’exercice : « Il s’agit bien ce soir de laisser libre cours à la créativité, mais en aucun cas de choisir les techniques de facilitation qui seront utilisées le 5 juin ».

Tout d’abord, chacun écrit sur un post-it ce qu’il attend de la rencontre  « C’est quoi le bonheur ? ». Puis, la mise en commun est simplissime et magique (ça marche tout seul !) : les post-it sont lus à voix hautes, posés sur une grande feuille, naturellement ils se rapprochent par affinités et au bout du compte, 4 grandes familles d’objectifs émergent :

  • Méthode : partager avec un grand nombre
  • Faire connaître et diffuser la facilitation
  • Créer l’ambiance, la surprise, donner le ton afin de donner envie aux passants de vivre l’événement
  • Agir et interagir

Deuxième atelier : développer ces 4 thématiques par la technique du World Café.

Cécile présente son déroulement : les participants débattent par groupes autour d’une table de café et les groupes migrent et se déplacent d’une table à une autre, venant à chaque fois compléter les idées des autres et les approfondir.

Les Facilitateurs d'Alsace (mars 2017)

A chaque table, un référent reste fixe et a pour rôle de rendre compte des discussions précédentes.

Du coup, c’est créatif et des propositions concrètes peuvent émerger, auxquelles l’ensemble des participants contribuent.

Les groupes se succèdent aux quatre tables en quatre roulements et autant de phases du processus.

D’abord, créativité, les participants écrivent individuellement leurs idées par rapport à l’objectif.

Ensuite, rebond créatif, chaque tablée enrichit les idées proposées par le groupe précédent ; troisième phase, toujours créative, créer des liens entre différentes idées, les associer, pour peut-être réorganiser ou préciser les productions du groupe précédent.

Enfin, sélection des idées réalistes, donc réalisables, à proposer lors de la dernière étape de la soirée.

Les interludes inspirants

Avant chaque rotation des groupes au sein du Word Café, des interludes inspirants ont été proposés :

En montrant une bouteille, Bernard a présenté la différence entre la créativité et l’innovation : la créativité consiste à définir une nouvelle fonction pour la bouteille ; l’innovation consiste à trouver la meilleure manière d’optimiser sa fonction initiale en décomposant la bouteille. Cette séquence visait à rendre attentif à l’importance d’écouter et de voir les idées des autres pour rebondir et les enrichir.

Deuxième interlude. Cécile a proposé aux 4 groupes le défi de réaliser la tour de papier la plus haute au moyen de 30 feuilles A4 et d’un rouleau de papier adhésif, en 8 minutes.

Les Facilitateurs d'Alsace (mars 2017)

C’est l’aspect coopératif qui a été mis en avant par ce challenge.

Troisième interlude. Prenant l’exemple de la fabrication de boulons, Bernard a expliqué la différence entre l’efficacité et l’efficience, c’est-à-dire l’efficacité au moindre coût.

Chacun de ces interludes a eu pour vocation de rendre attentif les groupes à leur façon de fonctionner et d’enrichir les propositions à chaque nouvelle rotation.

« Au final, les idées qui ont enrichi les 4 thématiques sont devenues vraiment concrètes et inattendues. »

Pour la table « Méthode » : partager avec un grand nombre, les propositions sont de lancer une invitation à échanger des cadeaux symboliques de ce qui nous met en joie, que ce soit de la nourriture, des messages écrits, des messages vivants, etc. (inscrits : Hélène, Véronique, Catherine, Laurent, Joana, Yan-Erik)

La table « Faire connaître et diffuser la facilitation » : Affichage original et festif, distribution originale de l’objet du carton d’invitation, défi : trouver des gens qui distribuent des incitations pour obtenir l’invitation (= AVANT)/ reportage presse (=PENDANT et APRES). (Laurent).

La table « Créer l’ambiance, la surprise, donner le ton afin de donner envie aux passants de vivre l’événement » : accueillir au moyen d’un langage universel qui serait sonore, visuel, sensoriel, gustatif, dansé… (Aude, Lydia) ; organiser une circulation paisible, un parcours sensoriel, interculturel sans barrière de langue ni d’âge ; créer des ateliers par affinités – certains libres, d’autres dirigés (Joana, Yan-Erik, Hélène) ; opérer un travail de transformation de la place de la République via de l’art éphémère, chacun apportant sa pierre pour créer une nouvelle place (Laurent, Véronique B, Cathy)

La table « Agir et interagir »: en proposant un forum ouvert mais sans ordre du jour, en proposant une série d’ateliers créatifs et de partage (Yan-Erik, Herrade, Lydia, Hélène, Anne-Claire : ateliers partage d’idées et de paroles, Véronique : cuisiner, apporter des spécialités, Aurélie : proposer des ateliers de peinture, de dessin ou de sculptures.

Troisième et dernière étape : le choix du livrable.

Chacun vient s’inscrire à une ou plusieurs idées pour la rencontre de mars. C’est plus significatif qu’un vote finalement : dans quel projet ai-je envie de m’engager pour le rendre réalisable ? (voir les prénoms précisés ci-dessus)

Les Facilitateurs d'Alsace (mars 2017)

La soirée se termine par une série de mots « pop corn »: enthousiasme, effervescence, joie, bonheur, soirée de ouf, …

Enfin, et avant de passer à table, Valérie et Bernard demandent à deux des participants présents de se proposer pour faciliter la prochaine rencontre du 6 mars : après quelques légitimes hésitations, Véronique Balestra et Aude Choffel se libèrent et offrent leurs services.

A suivre.


Lire aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *